mercredi 25 juillet 2018

Notes d'été


TÉLESCOPAGE
Résultat de recherche d'images pour "android"

Il y a quelques jours la Commission Européenne a infligé une amende record de 4,3 milliards d’euros à Google. Cette amende vise à réprimer l’obligation pour les fabricants - notamment les constructeurs de smartphones -utilisant Android à pré-installer les différentes applications de Google (Gmail, Maps, Chrome..) sur leurs terminaux, créant de facto une distorsion de concurrence.
Cette condamnation – évidemment Google a décidé de faire appel retardant encore son application effective– intervient après plusieurs années de procédure et doit beaucoup à la pugnacité de la commissaire en charge du dossier, Margrethe Vestage.
Hélas le "mal "est déjà fait car en usant de ces pratiques Google a acquis une position monopolistique sur le marché des systèmes d’exploitation – à l’exception des produits Apple – et une position dominante sur de nombreux services. La sanction est beaucoup trop tardive.
Par ailleurs alors que le montant de l’amende paraît très élevé l’annonce des résultats de Google pour son dernier trimestre relative très fortement sa portée. Sur le seul deuxième trimestre 2018 la société américaine a annoncé un résultat net de 8,1 milliards de dollars soit 6,9 milliards d’euros. Pour le dire autrement l’amende représente moins de 60 jours de bénéfice…donc vraiment pas grand chose pour Google.
Trop tard, pas assez fort, le droit européen paraît bien démuni !

INSTITUTIONS
 image: Abaca
Alexandre Benalla lors de la manifestation du 1er mai à Paris.

On ne reviendra pas sur les multiples facettes de l’affaire Benalla (qui est tout autant une affaire Macron).  On se contentera de rappeler les faits établis :
-       un employé de la Présidence de la République a commis plusieurs infractions, outrepassant ses fonctions,
-       il bénéficiait de la bienveillance, voire de la complicité, de certains membres des « forces de l’ordre », en raison de sa proximité avec le Président de la République,
-       une sanction légère lui a été appliquée, et si l’affaire n’était pas sortie dans la presse, tout aurait continué comme avant,
-       le pouvoir a tout fait pour minimiser l’affaire à coup d’omissions, de demies-vérités, ou de vraies mensonges,
-       Emmanuel Macron revendique la responsabilité de l’affaire.

Or justement cette affaire met en lumière l’irresponsabilité du chef de l’Etat ; dans ce jeu de dupes qu’est devenu la Vème république le Premier Ministre est un exécutant et ce n’est pas lui qui dirige le pays. Tout se passe à l’Elysée mais l’Elysée est comme hors sol et hors d’atteinte. Plus que jamais on voit bien la nécessité de refonder nos institutions et de sortir de cette démocratie croupionne que nous voyons prospérer sous nos yeux. 

COUPE DU MONDE

La victoire paraît déjà loin. Elle aura été un beau moment de partage, de joie et d’émotion. C’est déjà ça.
Résultat de recherche d'images pour "coupe du monde"


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire