lundi 16 janvier 2017

Primaires : Les socialistes confondent l'Europe avec le Père Noël


François Hollande nous l'avais promis. Il allait renégocier le TSCG (Traité sur la Stabilité, la Coordination  et la Gouvernance) avec Angela Merkel. Il allait y avoir du rififi à Berlin. Avec avec ça, il allait arracher à l'austéritaire en chef un plan de relance. Comme aurait dit Chirac, ça a fait "pssccchhiit". Il a signé le TSCG à la virgule près et a obtenu un plan de relance riquiqui de 120 Mds€ dont 10 d'argent frais. 

Remarquez, on avait peu d'illusions. Sarkozy avait fait à peu près le même coup. Bon, Hollande n'a pas été si mauvais. Le livre de Davet et Lhomme relève qu'il y avait un deal tacite entre la France et l'Europe : "je fais des budgets à 3% de déficit en faisant semblant d'y croire, vous faites semblant d'y croire aussi. Quand ça foire, vous faites semblant de vous étonner et vous nous donnez un délai". C'est beau l'Europe. Pour Hollande, il est normal d'être laxiste avec la France vu son soft power, sa diplomatie, son armée (ce qu'il en reste) et ... sa bombe nucléaire.

Et on remet un euro dans le nourrin

Vincent Peillon ne se mouche pas du coude. Un plan de relance a été lancé en 2015 pour 315 Mds€. Lui veut le tripler pour passer à 1.000 Mds€. Donc le gentil Vincent va se pointer là où Sarkozy et Hollande ont échoué, taper sur le bureau en bois de Poméranie de Dame Merkel et PAN 100.000.000.000. Vous y croyez vous ? Moi je pense plutôt que si Peillon est élu président (bon il n'y a pas trop de risques c'est vrai), il reviendra la queue entre les jambes dès juillet 2017 et dira : "j'eus bien voulu mais je ne peux point ...". Et a-t-il un plan B caché quelque part ? J'en doute ...

Montebourg veut, lui, réserver 80% des marchés publics aux PME françaises. Un "Small business Act" dont parlait déjà Sarko pendant la campagne 2007. Mais, Arnaud, toi, si fin connaisseur des affaires européennes (joke), cela revient à s'asseoir sur les traités européens. On ne parle même plus de Maastricht ou Lisbonne. Mais du Marché Unique voire du Traité de Rome. Donc, Arnaud, si tu fais ça, tu provoques une crise en Europe. Ensuite, deux solutions : soit tu reviens en arrière (et tu passes, et nous fait passer, pour des jambons - made in France), soit on s'avance vers une sortie de l'Europe. C'est ce que tu veux Arnaud ? ben faut le dire alors ..

Et pour tout le monde, l'évidence c'est le protectionnisme aux frontières de l'Europe. Sauf que on n'est pas seuls à décider. Quel est le problème ? La Chine. Or, l'Allemagne fait de très bonnes affaires avec la Chine, donc ils n'ont pas envie de prendre des mesures protectionnistes contre les chinois. Par ailleurs, nous sommes membres de l'OMC, ce qui nous oblige. La Chine est entrée à l'OMC en 2011 avec un statut de "non-économie de marché". Oui mais voilà, au bout de 15 ans, donc 11 décembre 2016, la Chine a acquis ce statut d'économie de marché (que l'Australie et le Brésil ont acté). Evidemment, les Chinois n'ouvrent pas le jeu et ne font qu'entrouvrir leurs marchés. Mais Arnaud, Benoît, Vincent, Manuel et les autres, on fait quoi ? On sort de l'OMC ? (dont nous sommes membres fondateurs et qui compte 164 membres ...). La Chine on en parle ?

Aller au bout du raisonnement

Donc en gros, les impétrants socialistes nous abreuvent de propositions qu'ils ne peuvent/veulent pas faire, qu'ils n'assument pas pour les mettre sur le dos de l'Europe. On a déjà donné (2 fois). Mélenchon, député européen qui n'y met jamais les pieds (encore moins que Marine Le Pen) veut, lui, refonder l'Europe à lui tout seul (pardon avec Alexis Tsipras, un allié de poids !).

La France a toujours œuvré pour le multilatéralisme (notamment la gauche), que ce soit l'ONU, la Banque Mondiale, l'UE, le FMI, l'OMS, l'UNESCO, les Gxx et j'en passe. Nous y avons d'ailleurs eu des présidences plus qu'à notre tour. Si les candidats socialistes pensent qu'il faut renverser la table et sortir de l'UE, de OMC ou de ne je sais quoi, qu'ils le disent et l'assument.

La seule, malheureusement, qui assume sa radicalité à ce niveau, c'est Marine Le Pen (et encore, sur l'euro, c'est pas super clair). Les gars (et Sylvia Pinel), vous jouez actuellement pour la 5ème place. Vous ne croyez pas qu'il serait un poil temps d'être audacieux, radical, innovant et ... honnête ? Sinon quand ?

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire