mardi 17 janvier 2017

Primaires PS : vote stratégique ou ..... ?

Je me suis promis d'aller voter aux primaires LR et PS. Les histoires de signature de chartes & co, je m'en tamponne. Cela fait 20 ans que je me plains que l'affiche des finales est pourrie, alors si je peux influencer sur le tableau, je ne me gêne pas. J'ai donc fait celle de LR, "mon candidat" (un chauve) a perdu, OK. Mais que faire avec celle du PS ?

Déjà, aucun des candidats ne me donne un semblant d'envie. Soit qu'ils soient mouillés jusqu'au cou dans un quinquennat qui vire à la farce (Valls), soit qu'ils émettent des propositions foireuses et irréalisables (cf mon dernier post). Et puis on ne sent plus un corpus idéologique cohérent, la gauche est en déroute totale, elle offre une image de pagaille totale.

Tenté par le coup à 3 bandes

Bon là, je suis tenté de regarder les sondages à la loupe. Que constate-t-on ? le plus probable est un appétissant Fillon - Le Pen au 2nd tour. Si le candidat du PS est "honorablement élu" (par la participation et le score) et si c'est Valls, on aboutit à une neutralisation totale de la gauche avec Macron 3ème, Mélenchon 4ème, le candidat PS 5ème. Bien sur, il faut tenir compte de la dynamique mais une gauche faible divisée en trois, je vois mal comment ça fait un second tour. Et l'espoir que Macron et/ou Mélenchon se rallie à ce candidat (ou l'inverse) est nul.

Mélenchon ? le côté Robespierrien du bonhomme me fait peur. Et son programme me paraît en bonne partie inapplicable (à moins de sortir de l'UE, ce qu'il ne veut pas). Macron ? J'aime assez le bonhomme et sa vision, mais son programme est au mieux un squelette. Reste que un candidat PS faible pourrait, éventuellement, donner un 2nd tour Fillon - Macron qui aurait quand même plus de gueule ...

Explosion du PS ?

La logique serait donc de voter pour un Hamon ou un Montebourg qui feraient monter Macron ... L'idée serait aussi de faire voler en éclat le PS. Il est important pour notre démocratie d'avoir deux grands blocs, ne serait-ce que pour contrer le FN. Or, le PS en tant que tel est mort (un "astre mort" dirait Méluche). Une humiliation (5ème avec 10%) pourrait permettre à celui-ci de toucher le fond de la piscine et de remonter. De rebâtir un corpus idéologique, de définir ses "frontières", bref de revivre et de renaître dans l'opposition. L'autre idée serait de renier la promesse que je me suis faite et de ne pas voter. Un faible vote aux primaires serait aussi une façon d'affaiblir le candidat PS ...

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire